Cet article répondra à toutes vos questions :

  • Qu’est-ce que le règlement intérieur du CSE ?
  • Quand rédiger le règlement intérieur ?
  • Quel est son contenu ? Quelles informations sont obligatoires ?
  • L’employeur participe-t-il à son élaboration ?

Le règlement intérieur est un document incontournable qui sert de socle au dialogue social en entreprise. Mais quand et comment le rédiger ? Qu’est-ce que le règlement intérieur doit contenir pour aider au maximum les élus du CSE à remplir leurs missions ?

Découvrez les savoirs essentiels à retenir dans cet article très pratique 😊

Mettre en place un règlement intérieur du CSE : pour quoi faire ?

On peut penser au premier abord qu’établir un règlement est une tâche laborieuse qui ne vaut pas le coup d’être accomplie, que les élus et la direction pourraient se baser sur leur bon sens pour trancher des litiges éventuels.

Mais ce n’est pas si simple en réalité ! Et un règlement permet justement d’apporter des réponses claires, précises et légales sur les questions qui divisent ou interrogent au cours d’un mandat.

Le règlement intérieur du CSE est d’ailleurs obligatoire dans toutes les structures comptant au minimum 50 salariés. Ainsi, les comités de moyenne à grande taille ont l’assurance de pouvoir s’appuyer sur ce document dès qu’un doute les turlupine au sujet du CSE en général.

En effet, d’après l’article L.2315-24 du Code du travail :

« le comité social et économique détermine, dans un règlement intérieur, les modalités de son fonctionnement et celles de ses rapports avec les salariés de l’entreprise, pour l’exercice des missions qui lui sont conférées ».

Le règlement intérieur représente donc une aide non négligeable au quotidien pour les élus.

Si souhaité, les élus peuvent renseigner dans le règlement intérieur les modalités de fonctionnement de la commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT).

Bien sûr, nous recommandons aux CSE de structures de moins de 50 salariés de mettre en place un règlement intérieur, même si cela est facultatif à leur niveau.

 À quel moment du mandat du CSE mettre en place le règlement intérieur ?

La question de l’adoption du règlement intérieur doit se poser le plus tôt possible une fois les élus du CSE sortis victorieux des élections professionnelles. Puisque le règlement encadre le fonctionnement du comité, il faut idéalement valider officiellement son contenu lors d’une réunion plénière, si possible la deuxième tenue par le CSE.

Pourquoi ? Parce que la première réunion est plutôt dédiée à l’élection des membres du bureau, dont le secrétaire qui prend en charge la rédaction du règlement dans l’intervalle de la première et de la deuxième réunion. L’employeur et lui inscrivent ainsi l’adoption du règlement intérieur à l’ordre du jour.

Sans secrétaire, difficile donc de mettre en place le règlement ! Il lui revient de le rédiger en français et avec une date d’entrée en vigueur ; son adjoint peut l’aider dans cette tâche. Si des collaborateurs ne parlent pas français, il doivent avoir accès à un exemplaire traduit dans leur langue.

Dans la mesure où l’employeur s’engage, comme les élus, à se conformer au règlement intérieur du CSE, il participe aux débats autour de son contenu et vote pour son adoption aux côtés des élus ! Il peut également proposer des clauses à soumettre à discussion.

Les suppléants ont aussi leur mot à dire : ils se retrouvent généralement avec les titulaires avant la réunion d’adoption pour échanger autour du contenu. C’est notamment l’occasion d’intégrer dans l’une des clauses l’autorisation d’assister aux réunions du CSE pour les suppléants.

Quel est le contenu du règlement intérieur du CSE ?

La seule limite à avoir en tête : on ne peut inscrire dans le règlement intérieur du CSE des clauses allant à l’encontre du fonctionnement légal du comité. Évitez de même d’établir des clauses qui contraindraient l’employeur à remplir des obligations non mentionnées par la loi, à moins qu’il ne donne son accord.

Important S’il ne respecte pas les clauses du règlement intérieur du CSE, l’employeur commet un délit d’entrave au fonctionnement du comité.

Hormis ces points particuliers, élus et dirigeant doivent essentiellement :

  • Remplir les clauses obligatoires
  • Adapter leur règlement aux spécificités de leur structures (par exemple, un site SEVESO traitera plus en profondeur les clauses relatives à la SCCT)

Les clauses obligatoires du règlement intérieur du CSE

Vous n’avez pas à vous jeter à l’aveugle dans la rédaction de votre règlement intérieur : il existe des clauses à faire figurer obligatoirement.

  • Le rapport d’activité de gestion : modalités d’établissement, contenu…
  • Les comptes annuels du CSE : contenu, modalités de compte-rendu, conditions d’élaboration…
  • La commission des marchés : membres, durée du mandat…

Votre CSE n’est pas concerné par certains de ces sujets ? Ils ne sont alors pas obligatoires 😊

Adapter le règlement intérieur à ses besoins

Comme dit, songez aux besoins du comité lors de votre réflexion de groupe : quelles sont vos missions ? Quelles tâches quotidiennes à accomplir ? Quels moyens souhaitez-vous avoir à votre disposition ? Quels recours en cas de litige ?

À partir de vos réponses, vous aurez une idée précise de l’encadrement souhaité pour le fonctionnement de votre comité ! Gardez aussi à l’esprit que le règlement intérieur sera rendu public : il doit donc montrer clairement aux salariés comment l’organe fonctionne.

Un bon « réflexe CSE » : étudier les règlements adoptés par les précédents comités !

C’est d’autant plus essentiel que le règlement intérieur a une durée de validité, déterminée lors de son adoption. Le règlement peut être valide pour quelques années seulement, pour toute la durée du mandat ou même pour une durée qui dépasse le mandat du comité concerné ! Dans ce cas précis, nous vous conseillons d’ajouter une clause permettant au CSE qui vous succèdera d’accepter ce règlement, de le modifier ou de l’ignorer.

Les thèmes essentiels

Pour vous aiguiller dans la rédaction de votre règlement intérieur, voici une liste concise des grands thèmes à ne pas négliger. Notre conseil clé : ne répétez pas dans votre document ce que la loi établit déjà ; cela ne ferait qu’alourdir inutilement vos clauses puisque la législation en vigueur est de toute manière à respecter.

homme-pensif

La composition du bureau du CSE

À partir d’un effectif d’au minimum 50 salariés, les CSE peuvent se doter d’un bureau, composé de différents élus à la fonction particulière :

Le règlement peut établir les conditions de nominations, le périmètre de leur missions, l’éligibilité des élus, le volume d’heures de délégation supplémentaires, les moyens alloués, les conditions de remplacement/révocation, etc. Tout ce dont vous estimez avoir besoin !

Les autres rôles des membres du CSE

Comme dit dans notre articles sur les fonctions d’importance au cœur du CSE, il existe des élus dont le rôle particulier au sein de l’entreprise nécessite d’être encadré par le règlement intérieur :

  • Référent harcèlement sexuel et lutte contre le sexisme
  • Représentant de proximité
  • Chargé de protection des données personnelles
  • Responsable de communication
  • Chargé des activités sociales et culturelles

Établissez les modalités de leur rôle en vous posant les mêmes questions que pour les membres du bureau 😊 Et bien sûr, soyez à l’écoute des concernés !  

 Ne négligez pas les suppléants : consacrez-leur les clauses nécessaires selon leurs besoins et ce qu’il est légalement possible de leur accorder comme missions supplémentaires, rôles, moyens d’action, etc.

La gestion du CSE (finances, politique sociale…)

  • Le budget de fonctionnement
  • Le budget des œuvres sociales

La loi encadre déjà fermement l’utilisation et la gestion de ces comptes. Nous l’avons dit, il est inutile de répéter ces obligations légales dans le règlement intérieur mais il est conseillé d’y consigner les modalités de communication aux salariés des différents comptes-rendus.

Santé, sécurité et conditions du CSE

Plus votre structure est grande, plus la section à consacrer aux sujets de santé, sécurité et conditions de travail sera à détailler. Il s’agit en effet d’importantes attributions du CSE.

Puisque la création de la CSSCT est obligatoire pour les structures d’au moins 300 salariés, leur règlement intérieur devra fixer les modalités de fonctionnement de cette commission :

  • Nombre de membres
  • Missions
  • Moyens et heures de délégation
  • Formations
  • Motifs d’une réunion extraordinaire

Pour les structures sans CSSCT, il s’agira essentiellement de statuer sur des sujets plus simples de type :

  • Conditions de recours à un expert et à l’inspection du travail
  • Organisation d’enquêtes et d’actions de prévention

Important Vous ne pouvez évidemment pas statuer à l’encontre des réglementations légalement en vigueur.

Les commissions du CSE

Outre la commission santé, sécurité et conditions de travail, le CSE peut tenir d’autres commissions. Il faut alors inscrire dans le règlement quels élus peuvent les constituer et quelles sont leurs missions.

Il faut notamment aux commissions qui concernent :

  • L’économie
  • La formation et l’égalité professionnelle
  • L’aide au logement

Bien sûr, votre règlement ne traite pas de ce sujet si aucune commission n’est montée dans votre structure.

Les réunions du CSE

Enfin, l’organisation et le déroulement des réunions ordinaires et extraordinaires du CSE peuvent faire l’objet de précisions dans le règlement intérieur :

  • Comment rédiger l’ordre du jour ? Comment le communiquer ?
  • De quelle manière les élus participent-ils à son élaboration ?
  • Comment vote-t-on aux réunions ? Main levée, bulletins secrets ?
  • Comment les élus reçoivent-ils la documentation nécessaire aux débats ?
  • Qui assiste aux réunions ? Quels acteurs extérieurs inviter selon les sujets ?
  • Autorise-t-on l’enregistrement des réunions ? Sous quelles conditions ?
  • Comment rédiger, signer et partager les comptes-rendus de réunion ?
  • Pour quelles raisons le président a-t-il le droit de suspendre la séance ?
recherche-thème-reflexecse

Vous êtes libres d’élaborer votre clause sur l’organisation des réunions, toujours selon vos besoins, vos spécificités et vos objectifs 😊

Ainsi s’achève notre tour d’horizon des différents sujets à aborder dans son règlement intérieur, en espérant que cela vous sera utile ! N’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaire 😊