Cet article répondra à toutes vos questions :

  • Quels sont les avantages de la sieste au travail ?
  • Quels sont les inconvénients de la sieste au travail ?
  • Qu’est-ce que dit la loi sur la sieste au travail ?
  • Comment mettre en place une salle de sieste au travail ?

Dans certains pays comme le Japon, les États-Unis ou l’Espagne, la sieste au travail est devenue une habitude. Selon une enquête réalisée par l’Institut national du sommeil et de la vigilance, 19% des salariés français disent « se reposer » secrètement. Pourquoi en secret ? Car en France, la sieste est souvent associée à de la paresse. Les employeurs peuvent considérer le bureau comme un lieu non approprié au repos, et la sieste comme une perte de temps.

Une étude Opinionway révèle d’ailleurs que 80% des actifs ressentent de la fatigue pendant leurs journées de travail. Mais si les partisans de la sieste sont nombreux, seuls 12% des responsables sont ouvertement favorables à la pratique de la sieste au travail.

Pourtant, depuis quelques années, celle-ci est de plus en plus plébiscitée dans nos entreprises françaises. Des sociétés comme Orange, Renault, mais aussi des petites start-ups mettent en place des espaces dédiés à la sieste.

Alors, pour ou contre la pratique de la sieste au travail ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet et sur la manière de la mettre en place.

LES AVANTAGES DE LA SIESTE AU TRAVAIL

Aujourd’hui, la qualité de vie devient une forte préoccupation pour les salariés français, et les entreprises commencent à investir dans des espaces de repos pour rendre leurs employés plus heureux.

Selon des études réalisées par la NASA et l’université de Harvard, faire une pause dans sa journée de travail, en s’accordant un temps de repos, est bénéfique pour le salarié tout comme pour l’employeur. Pratiquer la sieste au travail apporterait un gain en productivité et en créativité.

La NASA révèle qu’un employé ayant pratiqué la sieste au travail serait plus créatif et plus productif à hauteur de 35 % qu’un autre salarié. Le manque de sommeil et la fatigue entraîneraient par contre une importante baisse de productivité.

Mais ce ne sont pas les seuls avantages. Dorénavant, les médecins préconisent la sieste au travail dans le cadre de la lutte contre le stress et certaines maladies socio-professionnelles. Face à de réels risques comme le burn-out, le repos au travail pourrait être une forme de prévention.

La sieste en entreprise est aussi un réel facteur d’attractivité car c’est un signe d’engagement dans une démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail. La création d’espaces de repos constitue un atout pour fidéliser ses talents et en attirer de nouveaux.

En résumé, la pratique de la sieste au travail améliore :

  • La qualité de la mémoire ;
  • Les capacités de concentration ;
  • Le degré de vigilance (limitant ainsi le nombre d’accident du travail) ;
  • La qualité générale du sommeil
  • Tout en réduisant certains facteurs de risque liés aux maladies professionnelles : stress, tension et pression artérielle.
Découvrez HelloCSE

LES INCONVÉNIENTS DE LA SIESTE AU TRAVAIL

Les avantages de la sieste au travail sont nombreux, mais encore faut-il la pratiquer correctement !

Mal encadrée et pratiquée de façon excessive, elle peut aussi avoir de sérieuses répercussions sur la vie du salarié comme :

  • Le trouble du sommeil
  • La difficulté à reprendre le travail (somnolence)
  • Le renvoi d’une mauvaise image de soi et manque d’implication au sein de l’entreprise
  • Les tensions entre salariés (pour et contre la sieste)
  • La pratique excessive et abusive du temps de repos
Sieste au travail

CE QUE DIT LA LOI SUR LA SIESTE AU TRAVAIL

Existe-t-il une réglementation ? Quelles sont les règles à respecter ?

Il n’existe en France aucun article de loi, accord législatif, ni aucune norme conventionnelle et/ou réglementaire qui impose d’accorder  la sieste au travail.

Cependant, lorsqu’une entreprise veut mettre en place un temps de repos dans son organisation, elle n’est pas tout à fait libre de faire selon son bon vouloir. L’entreprise devra se conformer à certaines règles :

  • La mise à disposition d’un local dédié et de matériel adapté
  • La sécurité de ses employés lors de la sieste (prévention des situations de harcèlement)
  • L’égalité de traitement entre salariés
  • L’établissement d’une charte gérant la sieste au travail

LA MISE EN PLACE D’UNE SALLE DE SIESTE AU TRAVAIL

Il est essentiel de créer des espaces de détente bien aménagés qui permettent aux salariés de s’endormir rapidement. Voici les étapes !

Étape 1 : la communication et la négociation avec l’employeur

Pour pouvoir faire la sieste au travail en toute légalité, il faut convaincre votre patron de son utilité. Puis, il faut l’inscrire dans le règlement intérieur de l’entreprise.

N’hésitez pas à multiplier les arguments : pétition signée par les employés, études prouvant les bienfaits du repos, avis d’un médecin du travail.

Plus que le gain de productivité et de créativité, la sieste au travail est aussi un levier de fidélisation des salariés. L’amélioration de la qualité de vie au travail et le bien-être au travail sont des sujets de plus en plus plébiscités en entreprise, alors profitez-en pour intégrer la question de la sieste au travail dans vos négociations collectives ou dans votre plan d’amélioration de la QVT.

Étape 2 : LA Mise en place d’un règlement 

Il est important d’établir une charte claire et précise afin d’éviter tout conflit futur ou dérive. Elle peut contenir les créneaux horaires durant lesquels la sieste au travail est autorisée, la durée maximale, le nombre de personnes limité, les conséquences en cas de non-respect des règles.

Ce règlement doit être communiqué à l’ensemble des salariés et affiché dans un lieu accessible pour les employés. Les élus CSE peuvent le communiquer sur plusieurs médias. Les solutions traditionnelles telles que le panneau d’affichage, le journal interne et le livret d’accueil sont des supports de communication historiques. Aujourd’hui à l’ère du numérique, le règlement peut être envoyé sous format dématérialisé et envoyé par mail ou consultable en ligne, sur l’intranet du CSE ou dans une newsletter.

Étape 3 : Un espace réservé à la sieste

L’entreprise devra veiller à la création d’un espace dédié au repos qui rassemblera tous les facteurs permettant aux employés de réaliser une sieste au travail.

Il est encourageant d’opter pour un espace lumineux et suffisamment vaste pour éviter le sentiment d’étouffement. Il est aussi essentiel de s’équiper du bon mobilier afin d’avoir une ambiance détente et zen avec des livres, des lits, des diffuseurs d’huile essentielle, des plaids, des poufs ou des fauteuils de relaxation pour que ce moment soit apprécié au maximum. 

L’entreprise peut aussi privilégier les plantes. Plusieurs études ont mis en évidence qu’habiller une pièce avec des plantes permettrait de faire baisser le stress, d’améliorer la productivité et la santé des salariés. Cet espace de bien-être permettra de décompresser et de faire le plein d’énergie en toute tranquillité. Il sera également important d’être isolé des nuisances sonores et des va-et-vient. Ces aménagements ne feront qu’améliorer le bien-être au travail !

Pourquoi s’engager sur cette question en tant qu’élu CSE ?

Comme dit précédemment, des salariés reposés sont plus heureux et apprécient davantage d’être au travail, ils cessent de culpabiliser à propos de leur état de fatigue. C’est un énorme avantage dans le cadre d’une politique en faveur de la qualité de vie au travail.

Sans compter que la fatigue peut causer des incidents sur le lieu de travail et qu’en vertu des attributions en matière de santé, sécurité et conditions de travail, il est cohérent de favoriser le repos au travail de manière encadrée.

Les résultats sont là : la santé s’améliore, la productivité aussi et l’engagement des salariés se renforce. La qualité de vie au travail c’est bien, avec une salle de sieste au travail c’est encore mieux !